Les secrets de la Rade de Brest

Le phénomène de brise

La première chose est de hiérarchiser l'influence locale des différents reliefs qui ceinturent le plan d'eau. En effet ils conditionnent les boucles naissantes de brise.
Puis on se porte ensuite sur l'approche du massif armoricain qui constitue le juge de paix, une fois le processus poussé à son terme.
Deux niveaux à considérer, le niveau hyper local et le niveau régional, avec une superposition qui s'étire plus ou moins dans le temps en fonction des évolutions synoptiques qui peuvent contraindre nu scénario plus que 'lautre.
Donc un processus d'une grande richesse avec bien peu d'équivalent sur nos côtes. Aussi pour faciliter la lecture de ce phénomène, je me propose de le décliner en 5 phases pour illustrer les différents stades de la brise. Il est difficile de donner une lecture temporelle mais les lignes du processus sont là et les maitriser c'est un avantage certain dans la lecture du plan d'eau.

Illustration : le relief autour de la rade de Brest

Read More →

Stade 1: Début de journée

Deux approches :
Synoptique faible, dans ce cas on observe ici et là des résidus de brise nocturne avec des couloirs préférentiels.
Synoptique plus marqué dans ce cas il subit les contraintes du relief auxquelles s'ajoutent le refroidissement nocturne qui tend à en limiter son inlfluence.
En exemple : un synoptique faible d'est ou de sud-est pour étudier ce stade nr1: Donc nous observerons quelques branches résiduelles de brise nocturne avec des couloirs préférentiels comme l'Elorn ou l'Aulne logo_1. Parfois, on peut observer des circulations de moindre importance au niveau de la Penfeld ou encore de la vallée de saint Anne.
Dans tous les cas, le refroidissement nocturne qui intervient sur le relief qui ceinture la rade pénalise ces petites circulations. C'est encore plus flagrant au niveau de l'Anse du Poulmic ou l'on perd entre 2 et 3°C par rapport au nord de la rade.

Stade 2 : Phase de croissance

Le réchauffement commence à produire ces premiers effets et apparait ici et là les premières circulations de brise locale.
Sur la rade logo_1 , première circulation de birse qui tend à se manifester celle qui s'appuie sur le centre urbain de Brest avec une branche au sud sud-est faible. Flux qui tend à prendre une direction sud sud-ouest en direction du Polder. Dans le Goulet, l'appel d'air améne une circulation dans l'axe du goulet sans véritbale dynamique.
Sur la presqu'île de Crozon, le réchauffement est plus rapide pour la cote exposé au sud qu'au nord. Du coup la première circulation de brise à se mettre en place s'effectue à proximité de la plage des abers avec une orientation au sud-ouest. Puis intervient sur le nord une circulation qui tend au nord nord-est faible dans l'anse du Poulmic.
Cette convergence sur la presqu'île peut se métérialiser si la masse d'air est assez humide par des cumlus logo_2 à terre ou même une ligne.
Ils matérialisent alors la limite d'influence des deux flux.
Phénomène qu l'on peut observer sur l'aéroport de Lanvéoc avec eux vents opposés. En s'écartant de la rade, le flux prend une composante ouest sur la presqu'île de Camaret et Ouest également sur le Conquet à la sortie du Goulet.
En baie d'Audierne, le flux prend une composante ouest avec l'appui des Monts d'Arée.
En marge de ce systéme locale, sur la côte nord du Finistère, le flux prend une composante nord nord-est un peu plus tard en fin de matinée. Certes c'est loin mais c'est le processus qui va dénouer le final de notre observation donc autant l'intégrer à ce stade.

Stade 3 : Extension horizontale

Milieu de journée, ou fin de matinée pour les situations les plus favorables. Durant ce processus, les différentes boucles de brise tendent à se renforcer et pénétrent un peu plus à terre en profondeur. Une hiérarchisation tend alors à se mettre en place, avec dans la grande rade :

  • Une brise de sud-ouest qui se maintient
  • Au sud de la grand rade une tendance nord-ouest en appui sur Lanvéoc.
On observe deux flux opposés logo_1 avec entre les deux dans le milieu de la rade une zone de transition avec du vent faible et érratique.
Sur la presqu'île de Crozon logo_2, au niveau de Lanvéoc la branche au nord-ouest s'impose et se renforce au détriment de la petite branche au sud-ouest que nous avions observé en fin de matinée.
Au delà de la rade le vent sur la côte nord du Finistère pénétre un peu plus en prenant de la droite au nord-est. Tandis q'à l'ouest du Finistére; la branche de Brise à L'ouest se maintient.
Cette convergence des deux flux peut se matérialiser parfois par des cumulus à l'est de Saint Renan. Phénomène que l'on peut observer d'autant plus facilement auourd'hui que les éoliennes se mettent dans l'axe du vent. Etonnant mais rien de surprenant au travers de ce phénomène de brise. D'ailleurs les nuages peuvent aussi matérialiser cette zone de confrontation avec des cumulus qui se développent au fur et à mesure de l'évolution diurne.
En bais de Douarnenez, la brise se renforce sur son axe à l'ouest nord-ouest et le front de brise pénètre un peu plus vers les monts d'Arée.

Stade 4: Boucle régionale

Fin d'apres midi, le terrain de jeu commence à s'éclaircir et les brises jusqu'ici au délà du périmètre de la rade commence à entrer en action.
Au niveau de la rade :
Le front de brise de la côte nord approche dangeureusement au nord de Brest et finit par couper l'alimentation de la branche au sud-ouest que nous observions jusqu'ici en rade logo_1. La brise de sud-ouest tend donc à s'estomper sur le nord de la rade tandis que subsiste ici et là quelques résidus, par exemple le long de la pointe des Espagnols. Le calme tend à gagner le nord de la rade. Le processus engagé c'est le calme qui fint par l'emporter.
Plus au sud sur Lanvéoc, c'est une toute autre dynamique, le nord-ouest se maintient logo_2 et le front de brise en appui progresse encore un peu plus vers les monts d'Arée. Une seule dynamique finit par s'imposer en liaison avec le relief des monts d'Arée . Il arrive en général que les derniers cumulus à l'est de Lanveoc finissent par quitter le champ de vision.
En baie de Douarnenez logo_2 , même flux d'ouest nord-ouest en appui sur les monts d'Arée.

Stade 5: Processus final du cycle de brise

Le Front de brise de la cote nord finit par s'engouffrer sur la rade et le vent retrourve alors une belle vélocité en s'engageant dans les couloirs du relief qui traverse Brest du nord au sud. Le nord nord-est logo_1emprunte ainsi l'axe de la Penfeld et se généralise à l'ensemble de la rade.
En arrivant sur Lanvéoc logo_2, la transition s'effectue rapidement entre nord-ouest et nord et nord-est. Le flux finit par se caler également dans l'axe de l'Elorn.
La presqu'île de Lanvéoc matérialise la limite de cette extension de la boucle de brise. Certes on peut observer de jolis débordements de flux sur la plage des Abers ou plage de Gouline mais en règle générale quand on regarde en baie de Douarnenez logo_2, le flux du moins au sud conserve sa dynamique au nord-ouest.
Cette circulation traduit la finalité du processus de brise car au délà le processus termique lié à l'évolution diurne ne fonctionne plus.